073

"C'est le chat qui t'a pris ta langue ?"

 

Parlant d'épisode avec un titre anglais très mal adapté, celui-ci fait fort. "Une mère à charge" ne renvoie qu'à la situation familiale merdique de la patiente, enfin surtout de son fils alors que le titre anglais "The Socratic Method", qu'on pourrait traduire par "Martine va chez le boulanger" (non, sérieusement, The Socratic Method, vous devriez pouvoir le traduire sans mon aide) renvoie à l'ironie socratique, poser des questions à son interlocuteur jusqu'à ce qu'il arrive lui-même à ses propres contraductions. Socrate, je t'aime. Traducteurs de titre, j'vous aime pas.

Introduction : on a Luke, fils de Lucy, qui signe des papiers pour les allocations d'invalidité de cette dernière qui, en efffet, est schyzophrène. Elle s'énerve un peu donc Luke lui file une gorgée de vodka (la base, je fais pareil avec ma mère) et Lucy fait une thrombose veineuse profonde créant une embolie pulmonaire. Générique.

Le cas de Lucy est d'abord filé à Docteur Trouducul qui est persuadé que c'est l'alcoolisme le problème mais House reprend le dossier, estimant que 38 ans, c'est trop jeune pour une thrombose. Et tout le monde se demande quand même pourquoi House prend ce cas et s'intéresse à cette patiente alors que depuie le début de la série, le premier cas a été filé par Wilson, le deuxième par Cameron, le troisième par Wilson, dans le quatrième cas, c'est House qui a détecté l'épidémie chez les bébés, dans le cinquième, c'est une patiente des consultations. Alors oui, il est surprenant que House choppe un cas à un collègue. 

Cameron, Foreman et Chase n'ont pas d'explications. Wilson, quant à lui, est persuadé que c'est la schyzophrénie qui intéresse tant House, car les schyzophrènes ne sont pas ennuyeux puisqu'ils n'ont pas de perception de la réalité. House va même jusqu'à rencontrer le patient, ce qui est incroyable puisque... ben.... non, c'est pas incroyable, il l'a fait dans 6 épisodes sur 6 pour l'instant. Il demande à rester seul avec Lucy, ce qui surprend Luke et toute l'équipe.

 

074

J'AI DES PIEEEEDS !!!!!!!!

 

House est sur une première piste : un problème de coagulation. Il demande qu'on retire ses psychotropes à Lucy, Luke revient avec le sandwich que House lui avait demandé (un Reuben, si jamais vous avez l'occasion d'en manger, n'en mangez pas, la seule façon de faire pire serait de déféquer dans une baguette, je pense) et Cameron souhaite un joyeux anniversaire à House... ça a l'air décousu dans ma critique parce que ça l'est dans l'épisode. Le "joyeux anniversaire" de Cameron sort un peu de nulle part, d'ailleurs tout le monde se fout de l'anniversaire de House, à part elle. 

Comic relief avec les consultations, pas grand chose à dire, rien de très pertinent, rien de très drôle, House est odieux et la gamine très mal doublée.

Lucy ne se laisse pas faire donc Foreman lui donne de l'Aldol, allant ainsi contre les indications de House donc House l'engueule et... et c'est tout, cette histoire ne va nulle part. Décidément, ce scénario va souvent nulle part, c'est d'ailleurs un problème récurrent dans les scénarios de John Mankiewicz (re-vérifie une quatrième fois... c'est bon, ça s'écrit comme ça). La patiente se met à vomir du sang. House suspecte une carence en vitamine K, Chase reste sur sa position de l'alcoolisme et Cameron pense à une interaction médicamenteuse. Foreman pense... pas.

La fouille du domicile (qui ne pose déjà plus problème alors qu'elle était un gros enjeu éthique à l'épisode 1) donne tort à Cameron et raison à House.

 

075

Tada ! Le cas est résolu... au bout de... 19 minutes ?

 

Euh du coup, on écoute Luke pleurnicher sur l'état de sa mère et sa prétendue responsabilité. Chase ne croit pas à la vitamine K (un peu artificiel ça, elle mange que des trucs sans vitamine K et ça colle avec les symptômes... on apprend plus tard que Chase a un gros passif avec l'alcoolisme mais là, sa réaction tombe comme un cheveux dans le vinaigre (marre d'utiliser des expressions convenues)). House déduit que Luke a 15 ans, ce qui soulève une question éthique : House peut-il le laisser s'occuper de sa mère, sachant cela ? Bon, de ce qu'on sait de lui, House devrait s'en foutre. Ca n'a aucun rapport avec l'énigme. Mais enfin, y a plus d'énigme, c'est une carence en vitamine K. 

Grâce à son entêtement, Chase détecte une cyrrhose et... un cancer. Donc la carence en vitamine K est une grosse coïncidence ? Ca, pour le coup, c'est bien bancal et totalement non "housien", House a horreur des coïncidences (je parle à la fois du personnage et de la série là). Ils doivent la retirer mais la tumeur est trop importante, House propose donc de la bourrer d'éthanol pour la dessécher pour la rétrécir temporairement pour tromper le chirurgien. 

Instant Cuddy (oui, la transition est brutale, dans l'épisode aussi) : elle veut lui offrir une carte pour son anniversaire mais se fait envoyer bouler par House sans même qu'il le sache, puis l'engueule pour le coup de l'éthanol. Là-dessus, House sort une belle tirade sur le fait que les protocoles protègent les médecins, pas les patients... comme si House en avait quoi que ce soit à foutre. Soit c'est un grosse incohérence de caractérisation, soit il ment. Puis Cameron se rend compte que House en a vraiment rien à foutre de son anniversaire. Voilà. Décidément, cet épisode piétine.

Lucas se fait choper par les services sociaux, à la surprise de Chase qui pensait qu'il avait 18 ans et de House qui ne les a pas appelés : il comprend alors que c'est Lucy qui a fait le coup dans un instant de lucidité ! (musique dramatique) donc la schyzophrénie n'est pas un symptôme et là, je dis stop.

Je dis stop parce que la patiente avait déjà eu une carence en vitamine K. PUIS elle a eu un cancer. Et maintenant, House se rend compte qu'elle a autre chose ? Mais sa vie, c'est vraiment de la merde (traduisez : on vient de faire péter un nouveau record sur l'échelle de l'improbabilité). Il appelle les anciens médecins qu'elle a consulté et ses rendez-vous chez un opticien lui font déduire qu'elle a une maladie de Wilson. On fait le test et...

 

076

Anneau de Kayser-Fleischer, 3/3

 

Elle est donc soignée, sa psychose disparaît, Luke revient, House choisit de porter le chapeau à la place de Lucy pour l'appel aux services sociaux et l'épisode se conclut par Wilson demandant à House si c'est son anniversaire.

Cet épisode est dommage. Le cas médical n'est peut-être pas si aberrant que ça mais présenté tel qu'il l'est, c'est absolument n'importe quoi. La patiente arrive avec trois symptômes différents et les trois symptômes ont trois raisons médicales différentes. Non, ce qui sauve cet épisode, ce sont les acteurs : on s'attache aux Palmeiro, on partage la souffrance et la culpabilité de Lucy et la responsabilité de Luke. Toute l'histoire sur l'anniversaire de House est franchement superflue et inintéressante et... et je ne résiste pas à l'envie de vous faire un petit graphique : 

 

 

077

Chaque ligne représente un enjeu scénaristique : 
Rouge : le diagnostic
Orange : rebondissement médical
Vert : comic relief
Bleu : intrigue alternative
Violet : développement de personnage

Je pensais que ça serait plus flagrant sur un graphique mais pas tant que ça : beaucoup de sous-intrigues et de rebondissements ne vont nulle part en fait, c'est moins leur nombre le problème que leur absence d'enjeu. Et c'est dommage car l'épisode arrive à construire une ambiance très cohérente grâce, comme je l'ai dit, aux jeux des acteurs et aussi au motif de la lecture de Yeats qui donne une couleur et une originalité à la patiente et son fils et ça, c'est un très bon point, étant donné que... ben c'est les premiers patients auxquels je me sois vraiment attaché. Rebecca Adler est mimi mais n'a aucune profondeur et aucun entourage, Dan et sa famille sont complètement oubliables, Brandon et sa famille, pareil (bien que sa copine soit très mignonne), les parents des bébés malades de l'épisode 4 toujours pareil et enfin les religieuses de l'épisode 5, toujours pareil même si la mère supérieure qu'on ne voit presque pas avait l'air très sympathique. Là, pour une fois, nous avons des personnages humains... dommage, une fois encore, qu'ils servent un scénario aussi bancal.

 

078