Revenons donc aux aventures de la pouf et du connard... oui, c'est tranché, pour savoir pourquoi j'en suis là, vous pouvez (re)lire la critique du premier épisode où je suis assez critique vis-a-vis du comportement de Rose et de celui du Docteur. Il lui propose de voyager dans le temps et, comme elle ne lui propose que de la merde (gourdasse qu'elle est.;. ok, restons objectif), le Docteur décide lui-même de l'emmener 5 milliards d'années dans le futur, dans l'année 5.5/pomme/26, le jour de l'explosion du soleil. Générique.

 

044

... wow

 

Et nous sommes à une époque où quand quelque chose n'a pas de sens, le Docteur a une explication et la donne. C'est la grande différence entre une série chouette et une série chiante. Pourquoi le soleil explose en une fraction de seconde alors que sa dilatation durerait des millions d'années ? Les propriétaires de la planète l'ont préservé grâce à des "satellites gravitationnels". Pourquoi les continents n'ont pas bougé ? Les propriétaires de la planète les remettent en place. Et maintenant, les propriétaires de la Terre n'ont plus les moyens donc ils coupent l'approvisionnement. Ce sont des critères actuels (capitalisme, crise monétaire, etc...) mais on accepte, amusés, que ces valeurs aient traversé le temps.

Rose ne comprend pas pourquoi la Terre disparaît. Je ne sais pas trop si elle est pathétiquement débile ou normale. Quand le Docteur lui dit qu'il n'y a plus d'humain, elle réalise qu'elle est la dernière... alors soit elle a pas encore compris qu'elle voyage et que donc, d'une part, elle n'est pas "réellement" là et d'autre part, à cette époque, Rose Tyler est déjà morte depuis trèèès longtemps parce qu'elle ne s'est pas encore faite à l'idée, soit elle ne l'a pas encore compris parce qu'elle est stupide. J'ai pas encore décidé.

Le Docteur nous présente le papier psychique (à l'ère Moffat, on n'aurait eu aucune explication, OK BON excusez-moi, j'ai tendance à digresser avec Moffat parce que revoir ce début d'excellente saison me rappelle que j'ai été fan d'une série et... enfin, on en parlera en temps et en heure). Et là, on a un festival d'extraterrestres, tous plus cools les uns que les autres. On ne sait rien, juste leur nom, leur titre, leur tronche, leur caractère et les cadeaux qu'ils offrent. Et c'est ça qu'est sympa : ce sont des personnages secondaires et tertiaires, pas besoin qu'on en sache beaucoup sur eux. Et deux entités sont particulièrement amusantes : 

 

045

"Notre cadeau de paix, en toute bonne foi" ...... sûrement, oui

 

C'est un truc spécial de Doctor Who, les scénaristes (Russell T Davies en l'occurrence *se signe*... non bon, je déconne mais j'aime beaucoup son travail) jouent sur les codes. En l'occurrence, il est tellement évident que ces créatures sont maléfiques que les entendre dire "en toute bonne foi" revient à leur faire tenir une pancarte "Nous sommes gentils". Et je trouve ça très drôle. Quant à Cassandra...

 

046

"Humidifie-moi ! Humidifie-moi !"

 

Lady Cassandra O'Brien .D17, la dernière humaine, obsédée par la chirurgie esthétique au point d'être devenue une tenture avec un cerveau dans un aquarium. Critique expicite et extrême des starlettes d'aujourd'hui, Cassandra a un comportement de diva insupportable, s'est faite retirer son menton pour être plus mince, prétend parler de la Terre en experte et ne dit que des âneries, bref elle est, elle aussi, très drôle. 

Bon, la soirée commence, évidemment, le cadeau des gros pas beaux n'en est pas un, il se transforme en araignée robotique et, plus intéressant, la dame arbre (Jabe de la forêt de Cheem) tente d'identifier le Docteur en tant qu'espèce grâce à un appareil photo de l'espace, et refuse de croire la réponse.

La scène suivante me fait sourire, Rose croise Raffalo, une sympathique plombière bleue venue réparer les dégâts provoqués par l'araignée robotique dans la suite de Face de Boe, l'un des invités et en racontant ce qu'elle fait là, elle se rend compte... qu'elle est conne. Elle a suivi un parfait inconnu et se retrouve à des milliards d'années de chez elle. Rose part et Ruffalo se fait tuer par les araignées robotiques.

Une autre scène d'explication du Docteur sur pourquoi Rose les comprend tous : l'interface de traduction du TARDIS. Rose, quant à elle, veut plus de réponses sur le Docteur, il refuse de les lui donner et s'énerve, ce qui attise la curiosité du spectateur. On veut en savoir plus. L'échange qui suit (le Docteur change le téléphone de Rose, Rose appelle sa mère et n'en revient pas de pouvoir appeler le passé) n'a, pour moi, aucun intérêt. Rose a toujours du mal à comprendre. Les araignées tuent ensuite le régisseur bleu.

Le Docteur comprend qu'il y a un problème et demande à Jabe de l'accompagner à la salle des machines. Rose en profite pour aller faire remarquer à Cassandra qu'elle est à peu près aussi humaine que du papier peint, ce qui est... totalement indélicat, même si Cassandra est imbuvable. Le Docteur et Jabe font connaissance. Elle est l'héritière de la forêt Amazonienne. C'est... c'est... improbable mais rigolo. Disons. Surtout improbable. Et le Docteur reste muet sur ses origines. 

 

047

"Je vous ai analysé tout à l'heure. La machine métallique ne pouvait pas
identifier votre espèce et refusait d'admettre votre existence. Et quand elle a
fini par vous nommer, j'ai refusé de le croire. Mais elle ne se trompait pas. Je
sais maintenant d'où vous venez. Pardonnez ma curiosité mais c'est tellement
incroyable que vous existiez. Je voulais juste vous dire... à quel point je
suis désolé pour vous."

 

C'est avec ce genre de répliques que lorsqu'on découvre la série, on se pose la question : mais qui est le Docteur ? Et pour répondre à cette question, on n'a pas envie de savoir "Comment s'appelle le Docteur ?" mais beaucoup plus "Qu'est ce qui fait pleurer le Docteur ?". Il a l'air tellement joyeux, insouciant, sûr de lui, imperturbable... qu'est ce qui le fait pleurer ? Voilà et là, on veut voir la suite.

Les méchants à capuche font ce que personnellement j'ai envie de faire depuis un moment : coller une mandale à Rose.

 

Séquence 02_1

Joie

 

Le Docteur trouve les araignées et comprend que le but des méchants à capuche (... *==> Google*) et comprend que le but des Adhérents de la Transmission du Meme est de faire crâmer la station. Rose est donc en danger de mort. Mais le Docteur bidouille une araignée pour qu'elle retourne à son maître, d'abord les Adhérents de la Transmission du Meme mais le Docteur a compris qu'ils ne sont que des robots à la solde de Cassandra (dont le motif est l'argent pour payer ses opérations, 100% logique, 100% expliqué et amené dès la présentation du personnage). Elle se téléporte, le Docteur va pour régler le problème manuellement mais des ventilateurs barrent le chemin. Jabe peut les ralentir mais ça implique qu'elle soit exposée à une chaleur très dangereuse pour elle.

 

048049050051

Les invités vont mourir, Jabe crâme et ne peut plus retenir les ventilateurs, Rose est sur le point de brûler...
c'est une impression ou le suspens a largement dépassé le niveau "full caca pantalon" (terme technique) ?

 

Mais le Docteur passe... en fermant les yeux et en comptant sur son instinct. Pour n'importe quel autre personnage, ça aurait été trop facile. Mais là, nous savons que nous avons à faire à un personnage surréaliste dont l'existence est un miracle alors son instinct n'est pas le notre et on l'accepte. Enfin moi, en tout cas, je l'accepte et je suis du genre sceptique. Le Docteur était acculé et face à l'impossible. Il n'y a donc que l'improbable qui pouvait l'en sortir. D'ailleurs, je me permets un petit écart concernant une autre série pour vous expliquer pourquoi je trouve que c'est une bonne idée, en l'occurrence, Sherlock de la BBC. Si vous n'avez pas vu l'épisode 3 de la saison 3, surtout ne lisez pas le prochain paragraphe, il spoile la fin de l'épisode. Il est écrit en blanc, si vous voulez le lire, passez le paragraphe en surbrillance

Dans l'épisode 3 de la saison 3, Sherlock se retrouve confronté à Magnussen, un maître chanteur tout puissant. J'adorais ce personnage parce qu'il était invulnérable. Sa logique : tout le monde a quelque chose à perdre. Si on peut formuler la bonne menace, on peut tout obtenir. Et rien ne vient perturber cette logique, il peut tout obtenir de n'importe qui. J'avais particulièrement hâte de voir comment Sherlock se sortirait de cette situation inextricable. Peut-être trouver la faiblesse de Magnussen et le faire chanter, le détruire avec sa propre arme en somme. Mais ce n'est que mon idée de simple mortel, Sherlock Holmes est un super-héros, l'homme le plus brillant de la planète, comment lui va résoudre le problème ?

Buter Magnussen.

Ce personnage, quelque part looooiiiin au-dessus de nous se retrouve acculé dans un coin et sa réponse, c'est celle de Rambo.Brillant. Evidemment, dans la nouvelle dont l'épisode est adapté, c'est une femme qui tue Magnussen, une femme dont ce dernier a ruiné la vie mais ça, Moffat ne saurait le tolérer, il préfère réduire son héros à l'état de brute. Dans la même situation que le Docteur dans cet épisode, il aurait probablement sorti un bazooka de son cul et explosé le ventilateur. Je suis prêt à croire qu'un surhomme soit capable de l'impossible quand il y est confronté, c'est même encourageant si ce n'est pas toujours la solution. Evidemment, si ça se répète, ça devient un peu facile.

 

052

Boum

 

A ce stade, je me dis que la série est vraiment très sombre. Deuxième épisode et déjà 5 personnages sympathiques sont morts (un dans le premier épisode, le fou qui cherchait le Docteur et quatre dans celui-là, Raffalo, le régisseur, Jabe et Moxx). Le Docteur voyage réellement avec la mort. On n'a pas intérêt à s'attacher aux personnages. Si Jabe est morte, rien ne garantit que Rose survive. Heureusement, le Docteur arrive à ramener Cassandra (là encore, tout est expliqué de façon rationnelle, un émetteur était caché dans le faux oeuf d'autruche qu'elle avait amené à bord et le Docteur sait comment inverser une téléportation). Sans ses chirurgiens, elle ne peut être humidifiée et explose sous la chaleur sous le regard cruel et sans pitié du Docteur.

 

053

Et tout est bien qui finit bien

 

Bon, Rose finit par calculer que la Terre a explosé et elle est triste. Ce qui est... illogique mas c'est de l'incohérence humaine. On est comme ça. Enfin pas tous, on a tous des réactions différentes. Rose a une réaction humaine. Et le Docteur la rassure : il a eu la même réaction. On en sait enfin plus sur lui.

"Vous croyez que ça durera toujours ? Le béton, les gens, les voitures... et bien non. Un jour, ça finira. Même le ciel. Ma planète aussi. Elle a disparu. Elle est morte. Elle a brûlé lors d'un grand chaos. Il ne reste que des rochers, de la poussière... ce n'était pas son heure [...] Il y a eu une guerre et nous avons été vaincus. [...] Je suis Seigneur du Temps. Le dernier des Seigneurs du Temps. Je suis le seul. Les autres sont tous morts. Et comme je suis le dernier, je suis condamné à errer seul."

Et malgré le danger de l'épisode, malgré la douleur du Seigneur du Temps, Rose décide de rester. Pas pour son plaisir égoïste mais pour qu'il ne soit pas seul. Jolie conclusion.

 

Alors que penser de cet épisode ? Et bien il est excellent. Et beaucoup plus prenant que le premier. Il est drôle, profond et le Docteur est un personnage infiniment plus complexe et intense qu'aux premiers abords. Rose est certes humainement médiocre mais elle est gentille. Et les méchants sont très hauts en couleur et ont une personnalité assez bi-dimensionnelle mais bien définie, carrée et claire. Si on ajoute ça aux très belles images de l'explosion de la Terre, au réel suspens lié à la mort de personnages bons et inoffensifs, aux gadgets du Docteur (l'interface de traduction du TARDIS, le papier psychique...) et aux mystères entourant le Docteur, cet épisode se conclut sur une très très grande envie de regarder la suite MALGRE une résolution assez venue de nulle part. J'ai déjà expliqué que ça m'allait mais pour cette fois et parce qu'on ignore tout du Docteur. Mais si tout se règle aussi facilement par la magie de "Les scénaristes ont dit que j'peux", ça ne va pas le faire. Allez, pour le plaisir, une dernière image : le sourire du Docteur quand Rose lui dit qu'elle veut des chips avant de retourner dans le TARDIS vers une nouvelle aventure. Une belle déclaration.

 

054