038

Les bébés morts, c'est déprimant

 

Oui, on a déjà vu plus cool comme entrée en matière mais là, c'est bien de ça qu'il s'agit : House va perdre son premier patient et c'est un nouveau-né. Pour une raison con en plus. Mais l'épisode pose plein de questions intéressantes. Et oui, nous avons affaire à un épisode à enjeux. Introduction : un papa, une maman, un bébé, débat sur le prénom, bébé vomit, papa appelle le maïeuticien, bébé convulse. Et un bébé qui convulse, c'est assez stressant. Générique.

House entend parler de deux bébés malades, il en déduit qu'une infection se propage.  Evidemment, personne ne le croit. Il n'arrive pas à convaincre Wilson, même en lui expliquant. Il n'arrive pas à convaincre Cuddy non plus. Il n'arrive pas à convaincre son équipe non plus. Jusqu'à ce qu'ils tombent sur un troisième bébé malade. D'ailleurs... c'est pour moi hein mais y a deux petits tableaux dans ma tête en ce moment : le tableau des paris et le tableau de Cuddy. J'ai envie de savoir quel est le personnage qui a le plus gagné et perdu grâce à des paris d'un côté et j'ai envie de connaître l'influence de Cuddy sur House et pour l'instant, on en est là : 

  • Avis : 0 Pour / 1 Contre
  • Décision : 0 oui / 1 non
  • Choix 0 raison / 0 pas de bon choix / 1 tort
  • Effet : 0 bénéfique / 1 neutre / 0 néfaste

Et donc que va faire Cuddy ? Réagir de façon hystérique et excessive en fouillant partout dans l'hôpital la cause de l'épidémie sans rien trouver. Oui j'ai un petit souci avec Cuddy. Dès qu'il s'agit de gérer House, elle assure. En ce qui concerne l'administration de l'hôpital, elle est correct. Et dès qu'il s'agit d'agir en médecin...

039

Bref, pendant que Cuddy fait son caca nerveux dans tout l'hôpital, les vrais médecins de la série (OUAIS CHUIS médisant) s'occupent du cas et le tableau blanc de l'image suivante est de très mauvaise augure.

 

040

Parasite
Virus ?
Infection bactérienne

 

Ils vont donc faire une liste de bactéries mais globalement, le débat se resserre autour des pseudomonas d'après Cameron et le SARM d'après Foreman. Les bébés vont donc être mis sous aztreonam pour le premier cas et sous vancomycine pour le second. Le développement permet des plans absolument atroces, notamment l'image d'un bébé dans une machine à IRM. La mise en scène met en avant la petite taille du nouveau-né par rapport à la machine, ce qui accentue l'horreur d'un nourisson malade. Et on se rend compte que Cameron a un très gros problème de blocage psychologique quand il s'agit d'anoncer des mauvaises nouvelles. On l'avait déjà vu mentir pour donner de l'espoir mais on se rend compte que ça va jusqu'à bloquer quand les nouvelles sont objectivement mauvaises. 

Et là, le scénariste (Peter Blake, retenez son nom parce qu'il a écrit beaucoup d'excellents épisodes) fait sa grosse pute : les reins des bébés lâchent, un des médicaments est néfaste, impossible de savoir lequel. House suggère d'arrêter l'un des deux médicaments pour l'un des bébés et l'autre pour l'autre. Ethiquement, on nage en plein délire mais mathématiquement, c'est la seule solution. A tel point que même Cuddy doit plier... permettez que je soigne ma névrose : 

  • Avis : 0 Pour / 2 Contre
  • Décision : 1 oui / 1 non
  • Choix 0 raison / 1 pas de bon choix / 1 tort
  • Effet : 0 bénéfique / 1 neutre / 1 néfaste

Cameron et Foreman doivent donc assumer leur théorie. Foreman défend le SARM et l'arrêt de l'aztreonam auprès des premiers parents, Cameron les pseudomonas et l'arrêt de la vancomycine. Foreman est honnête en admettant que c'est hyper dangereux, Cameron est... moyonnête (c'est quand on est moyennement honnête) en admettant le positif et mentant sur le négatif. Elle a une position qui se défend : si le bébé meurt, les parents s'en foutront d'avoir été prévenu la veille. Enfin, c'est une position qui se défend quand on y réfléchit pas une demi seconde. Cameron a surtout un gros problème psychologique en ce qui concerne la mort. On ne sait pas encore pourquoi. Et Peter Blake étant une sale race...

 

041

JOIE !

 

L'un des bébés meurt et c'est celui qui n'a pas reçu de Vancomycine, autrement dit, c'est la "faute" de Cameron. En fait, c'est la faute à pas de chance, mais c'est Cameron la responsable. Et au moment d'annoncer aux parents que leur bébé est mort, là encore, c'est le blocage, Wilson doit même s'en charger. Et le mieux de chez mieux ? L'état de l'autre bébé se dégrade aussi ! Parce que ce n'est ni un SARM, ni un pseudomonas, mais un virus, vous savez, le truc avec un point d'interrogation sur le tableau blanc en début d'épisode. 

Bref, ils font un brainstorming, finissent par se mettre d'accord sur huit infections virales, font les tests et découvrent que c'est un echo-virus. House fait remarquer à Cameron qu'il a noté son problème d'approche de la mort. Il souhaite en savoir plus mais elle se tait puis envoie chier House et s'en va. Scénaristiquement, ça vaut mieux, ça lance une problématique qu'il faudra développer plus tard et humainement, ça tient la route, elle est ébranlée et ne veut pas en parler. Bref, du cohérent, du solide, du tout bon.

Plus tard, House veut identifier la personne qui a transmis le virus aux enfants et le coupable est une vieille dame qui distribue des nounours. Alors, à ce stade, j'ai une question : comment Cuddy a pu passer à côté ? C'est à peine si la dame a pas une flaque de morve sur le chandail. 

 

042

Echovirus dans la morve d'une vieille, bon appétit !

 

L'épisode se termine sur une scène comique impliquant des éléments dont je n'ai pas parlé (une gourde vue en consultation est enceinte mais elle a trompé son homme alors blablabla et House assure le suivi de grossesse, ce qui lui permet de squatter la salle de repos du service néo-natal, youpidou mais on s'en fout. En fait non, on s'en fout pas, ça permet de finir un épisode très lourd sur une note de légèreté pour pas le rendre indigeste et ça, c'est très bien vu. Euh... je sais pas à quel moment j'aurais dû fermer la parenthèse donc fermons la ici)

Alors pourquoi je dis qu'on s'en fout ? Parce que l'important dans cet épisode, au-delà du développement du personnage de Cameron, c'est le questionnement éthique et l'approche de la mort. Nous avons quatre écoles auxquelles chacun peut s'identifier : le personnage principal, House, est celui qui a pris une décision extrêmement dangereuse qui a coûté la vie à un nourisson mais il était entièrement conscient des risques. Foreman lui demande "Vous êtes prêt à en condamner un en vous remettant uniquement au hasard ?" et il répond, après réflexion "Je pense que oui". Alors on peut penser que House est prêt à l'assumer parce qu'il s'en fout, une vie n'est rien si elle est sacrifiée pour l'énigme. Il fait lui-même l'autopsie pour avoir le réponse. On peut aussi remarquer qu'il avait l'air particulièrement remonté en parlant des super bactéries et que donc ça l'atteint. Bref, question d'interprétation.

Wilson et Foreman ont une approche assez similaire : professionnelle. Evidemment, ils sont atteints mais ils estiment que l'entourage des patients doit être informé de tous les risques. C'est une honnêteté professionnelle et déontologique. A ce stade de la série, on peut penser que l'honnêteté de Foreman est plus sincère que celle de Wilson (Wilson a menti à House à plusieurs reprises déjà et on a compris que le passé de délinquant de Foreman n'était pas représentatif). On découvrira plus tard que c'est l'inverse. Ils ont tous les deux un bon fond mais Wilson est motivé par le bien-être du patient et de son entourage, tandis que Foreman est motivé par sa propre intégrité.

 

043

Cameron et Wilson face à la mort

 

Cameron... c'est une catastrophe. On découvre plus tard pourquoi mais elle bloque complètement, elle fuit la mort, elle est entièrement motivée par le fait de faire du bien au patient et son entourage. Elle pense que son rôle est de faire du bien et dès qu'elle doit faire du mal (comme apprendre une mauvaise nouvelle) elle est en contradiction avec ses principes et c'est le blocage. En ce sens, elle ressemble à Wilson sauf que Wilson a davantage de recul, il sait que le rôle du médecin n'est pas que de faire du bien mais d'accompagner le patient et son entourage dans le bon et le moins bon.

Nous avons donc quatre réactions différentes face à la mort motivées par quatre motifs différents : la résolution de l'énigme, l'intégrité professionnelle, la volonté de faire du bien et la volonté de bien faire. Excellent épisode.