017

A long time ago, in a galaxy far far away...

 

A moins que je ne décide de m'attaquer à d'autres séries, c'est a priori le dernier post de ce blog à commencer par la mention"01x01". J'ai personnellement découvert Doctor Who en 2011. Tout le monde me réclamait une video sur cette série alors je me suis dit qu'elle devait être chouette (ouais, mon enthousiasme était débordant). J'ai donc regardé le premier épisode et... et... et vous allez voir.

Déjà, premier choc : du 4/3. En 2005. Supernatural a commencé en 2005 et en 16/9. Pareil pour Esprits Criminels, Grey's Anatomy, How i met your mother, Bones, Prison Break, Weeds (ouais, grosse année 2005) alors vous allez me dire "Oui mais ce sont des séries américaines, Doctor Who est une série anglaise", ben The Apprentice est une série anglaise de la BBC sortie en 2005 et elle est en 16/9. Bref, c'est choquant mais c'est un détail technique. Détail moins technique : les personnages. Dans la plupart des séries et même des fictions en général, les personnages sont polissés, les hommes sont charmants et élégants, les femmes sexy et déterminées, et là, Rose est... normale. Elle bosse dans un magasin de fringues, elle a un copain, elle a des vêtements simples et sans être moche, elle a un physique très commun, son copain aussi, sa mère aussi, et c'est ça qui choque, tout est banal. 

 

018

Une autre journée exaltante dans la vie de NormalWoman

 

Jusqu'à ce qu'elle se retrouve enfermée dans le sous-sol du magasin où elle travaille et que les mannequins en plastique se mettent à marcher. NormalWoman a donc une réaction... normale, penser qu'on lui fait une blague. Seulement, elle a peur, ce qui est toujours normal. Jusqu'à ce qu'il arrive quelque chose de pas normal du tout : 

 

019

"Courrez !"

 

Et en fait, la suite est... est... je suis pas sûr qu'y ait un mot et si y en a un, je suis pas sûr de le connaître. Grosso modo, c'est bizarre mais tellement rapide qu'on suit le rythme. Y a un bonhomme avec les oreilles décollées, les cheveux ras et un blouson en cuir qui vient de sauver Rose, d'affirmer que le gardien est mort, que les mannequins vivants ne sont rien de plus que des mannequins vivants, du plastique vivant mais qu'il peut résoudre le problème et tout s'est passé en un rien de temps. Ma jauge d'intérêt est à mi-chemin entre l'adrénaline et le scepticisme. Autrement dit, l'adrénaline n'a pas intérêt à redescendre.

A ce stade, Rose est aussi paumée que nous. Et avec le recul, c'est ça qui est absolument génial : le Docteur débarque dans notre vie comme dans celle de Rose, c'est une tornade. Ca, c'est avec le recul. Sur le coup... bon, j'avoue, je me suis surtout dit "Mais c'est quoi ce bordel...". Et ensuite, retour à la normalité, la mère de Rose est imbuvable, son copain sert à rien et elle se demande encore ce qu'il vient de se passer. Et nous aussi. 

 

020

On s'en fout un peu que Rose retrouve du boulot, y
avait des mannequins vivants...

 

Puis le Docteur re-débarque, toujours hystérique, toujours incompréhensible, Et il a le premier échange vraiment drôle avec... Gertrude, le prénom de la mère de Rose me revient pas là donc ça sera Gertrude jusqu'à ce que je m'en rappelle (en plus, ça lui va bien). On se rend compte que Gertrude a un appétit sexuel sauvage et dit au Docteur qu'elle est seule, avec lui, en robe de chambre et que tout peut arriver.

 

022

...... non.

 

Sur ce coup, le Docteur a eu ma sympathie. Pour l'instant, c'est très en dents de scie, vous l'aurez compris. Enfin voilà, le Docteur fait l'intéressant chez Rose et... et... ça.

 

023

Wow... je peux pas y croire même avec
la meilleure volonté du monde

 

Là, je crois que c'est le moment où je me suis dit qu'il allait falloir que la série fasse mieux, beaucoup mieux. Je suis pas un adepte des effets spéciaux d'habitude mais là, j'ai l'impression de regarder un court-métrage de lycéens (un court-métrage de lycéens réussi cela-dit hein mais... mais quand même). S'en suit un dialogue relativement long où le Docteur explique la situation. Il s'appelle le Docteur (juste le Docteur), Rose n'est qu'un dégât collatéral, c'est un voyageur et... et en fait, plus il en dit, moins on comprend. C'est le bordel. Toujours pareil, avec le recul, c'est une excellente chose. Sans le recul, la série est sur le fil du rasoir (l'expression n'a jamais autant trouvé son sens) jusqu'à un monologue. Je suis pas fan des monologues, c'est souvent un prétexte pour le dialoguiste pour laisser libre court à ses fantaisies, ce sont souvent des discours assez vides de sens, tout dans la forme... pas celui-là

 

024

Eccleston joue souvent un Docteur hystérique, hyperactif, un vrai extraterrestre
mais à ce moment-là, il s'apprête à raconter quelque chose de sincère
et de profond à Rose. Tout passe dans ce sourire.

 

"Je vais vous apprendre quelque chose... à propos de votre planète. C'est comme quand on est enfant. La première fois qu'on vous dit que la Terre tourne sur elle-même, vous n'arrivez pas à le croire parce que tout, autour de vous, a l'air immobile. J'arrive à la sentir. La rotation de la Terre. Sous nos pieds, le sol avance à plus de 1600 kilomètres à l'heure, la planète tourne autour du soleil à 108 000 kilomètres à l'heure et j'arrive à le sentir. On traverse cet espace, vous et moi, accrochés sur la peau de cette infime petite planète et si on laissait faire... Voilà, c'est moi. Alors vous devez m'oublier, Rose Tyler"

Il n'en fait pas trop, il ne se vante pas, ne se pose ni en surhomme, ni en victime, il explique simplement qui il est : un être qui n'est pas soumis à la gravité, à aucune gravité, qu'elle soit physique ou mentale, un être qui ne s'arrête jamais. Et donc un être dangereux. Joli, très joli monologue que je n'ai pas apprécié une seconde la première fois que j'ai vu l'épisode.

NormalWoman fait donc ce que vous feriez : se renseigner, chercher à trouver qui est le Docteur. Elle trouve quelqu'un qui a croisé des photos où le Docteur apparaît (et ce genre de détail est d'une logique très rafraîchissante... j'écris cette critique en Octobre 2014, j'ai vu le premier épisode de la saison 8 où un tyrannosaure apparaît dans la Tamise sous le regard de tout Londres sans que ça suscite le moindre problème, bref, ne dérapons pas). Il a en effet remarqué la présence du Docteur lors de l'éruption du Krakatoa en 1883, lors de l'assassinat de Kennedy en 1963 et lors du naufrage du Titanic en 1912, il a donc sûrement un lien avec différentes catastrophes. Décidément, ce personnage du Docteur est fascinant. Et pendant ce temps, Mickey se fait attaquer par une poubelle...

 

025

Wow........ c'est laid.

 

Bon, toujours en dents de scie... Mickey se fait remplacer par un mannequin en plastique qui cherche à se renseigner sur le Docteur auprès de Rose, Le Docteur les retrouve, prend la tête du Mickey en plastique, rentre dans une cabine de police, Rose essaie de trouver une autre issue mais finalement se résigne et découvre l'intérieur de la cabine.

 

026

"Tous les soldats de Gengis Khan n'ont pas réussi à
passer cette porte et croyez-moi, ils ont essayé !"

 

Alors à ce stade, ça fait beeeaaauuucoup à avaler quand on découvre la série. Tout était normal les cinq premières minutes et là, on nage dans un espèce de délire kitsch bizarre avec un personnage qui semble tout connaître alors que nous, on ne connait rien. Ca peut dissuader de continuer. Souvent, ça dissuade d'ailleurs.

Le scénario se poursuit, Rose apprend que le vaisseau s'appelle le TARDIS, qu'il se déplace dans l'espace, que le Docteur est un extraterrestre, qu'il protège la terre et qu'en l'occurence, il peut détruire les créatures en plastique grâce à un tube à essai remplit d'antiplastique (sérieusement...), que les êtres de plastique utilisent un émetteur, ils se rendent à l'émetteur et trouve la conscience de Nesthene

 

027

Le premier adversaire de l'humanité et donc du Docteur

 

Le Docteur refuse de tuer la créature, il veut parlementer mais la conscience de Nesthene reconnaît le Docteur qui n'a, apparemment, pas réussi à sauver sa planète. Le Nesthene déchaîne le plastique, tous les mannequins de Londres attaquent (petite incohérence, heureusement que le Nesthene s'arrête aux mannequins parce que si tout le plastique attaquait réellement, leur révolution irait beaucoup, beaucoup plus vite... rien que sur mon bureau en ce moment, j'ai *compte* 12 objets en plastique, je serais teeeellement mort). 

Et c'est là que NormalWoman cesse d'être NormalWoman et sauve la situation en parvenant à pousser le mannequin qui tenait la fiole d'antiplastique (non mais j'insiste mais sérieusement quoi...) dans la conscience de Nesthene. Traduisez : dans le premier épisode, c'est Rose qui sauve le Docteur et le monde. Et j'arrive pas à décider si c'est vraiment trop naze ou vraiment trop cool. Le Docteur propose à Rose de l'accompagner dans son voyage et elle refuse... ce qui est normal. Elle a des attaches, sa mère, son Mickey (qui pleurniche parce qu'il a vu le TARDIS et ça fait du bien de voir un personnage avoir une réaction médiocre)

Mais le Docteur revient, précise que le TARDIS peut voyager dans le temps et là, Rose dit à Mickey : 

"Merci
- Merci pour quoi ?
- Pour rien justement"

Elle lui tape la bise et se casse avec le Docteur, générique.

Alors je me suis demandé si la traduction était nulle (oui, je regarde Doctor Who en VF et SI l'épisode me plait, je le re-regarde en VO... donc en fait, j'ai regardé presque tous les épisodes en VO mais je les regarde en VF et... bref, en l'occurrence, on s'en fout), je me suis donc demandé si c'était un problème de traduction mais en anglais, le dialogue, c'est :

"Thanks
- Thanks for what ?
- Exactly"

Alors là, j'ai tout un tas de mots pour décrire ce que je ressens mais la plupart serait vulgaire donc je vais essayer de n'employer aucun mot grossier, aucune vulgarité, faire appel à un vocabulaire correct pour exprimer ce que Rose m'inspire : quelle immonde truie.

Certes, Mickey n'a pas été très utile dans cette situation et l'envie de voyager dans le temps et l'espace est énorme et sa vie n'était sûrement pas palpitante avant ça mais mettez-vous une seconde à la place de Mickey : il se fait bouffer par une poubelle, voit des extraterrestres de partout, n'a aucune explication concernant le TARDIS, se fait prendre de haut par le Docteur qui invite sa copine mais pas lui et là, elle, qui est censée l'aimer lui balance ça et il voit le TARDIS disparaître avec sa copine à l'intérieur.... mais il est bon pour 20 ans de psychanalyse.

Bref, à la fin de cet épisode, Rose et le Docteur m'inspirent un profond dégoût. Elle, est une... une... une flaque de vomi rance, VOILA, j'l'ai dit (Jackie, sa mère s'appelle Jackie, je savais que ça me reviendrait) et le Docteur, un m'as-tu-vu désagréable, prétentieux qui veut impressionner de la p'tite Terrienne.

A l'issue de ce premier épisode donc, je ne veux plus jamais entendre parler de Doctor Who. Et puis je repense à tout l'épisode et j'essaie de peser le pour et le contre. Certes, d'un côté...

028

 

Mais d'un autre côté

 

029

 

Alors à la fin de cet épisode, est ce que j'ai vraiment envie de regarder la suite ? ...... non.... si, en fait. Oh puis non. Rah mais si. Oh non, Rose est vraiment trop conne, c'est vraiment trop kitsch, les effets sont moches et... et puis... *long soupir* si, j'ai vraiment envie de regarder la suite. Mais putain, elle a intérêt à être bonne.

(avec le recul : oh oui, elle l'est)